Une des tendances annoncée en 2017 dans le développement de l’industrie 2.0 est l’ultra personnalisation de masse. Avec cet article largement inspirée d’un post lu sur Openmaking.is, on veut partager le point de vue de James Arthur sur les implication de ce mouvement du marché sur la conception des designs et sur la production des meubles. Et en particulier, sur l’intérêt et le potentiel de la fabrication de meubles à la commande.

L’utilisation des outils numériques et le développement de la vente en ligne (re)introduit une transformation fondamentale dans la vente de meubles : La fabrication de meubles à la commande.

Le moment ou un produit prend forme est un moment de cristallisation. Une conception abstraite devient soudain un produit concret. Une infinité de variations possibles de ce produit est alors réduite, et ce de manière irréversible, à une seule forme.

En rendant ce moment de transformation ultérieur à l’acte d’achat il devient possible de conserver cette multitude de possibilités. Les avancées technologiques en e-commerce permettent dès lors de les croiser avec des données propres à l’acheteur et à son contexte d’achat. La matérialisation du produit peut ainsi être conditionnée et augmentée par ces données, qu’elles soient ergonomiques, environnementales, personnelles ou sociales.

Les entreprises qui seront capables de concevoir des produits adaptant à la volée ces informations contextuelles vont disposer d’un avantage concurrentiel certain. Imaginez des menuiseries parfaitement adaptées à votre localisation géographique et à l’exposition de votre bâtiment, des meubles sur mesure qui s’accordent parfaitement à votre intérieur, ou un dressing adapté à votre garde robe.

Pour rendre cela possible, les designers devront adopter une nouvelle approche dite paramétrique dans la conception de leurs produits. Au lieu d’un simple export vectoriel statique, ils devront imaginer et formaliser la logique sous-jacente de leurs modèles. L’expérience d’achat du consommateur pourra alors intégrer des options de personnalisations sous forme de curseurs, de boutons à l’intérieur même des boutiques en ligne. Des solutions comme Digital Forming, Matter Machine ou même les Allemands de Shapediver ont vu le jour ces dernières années et des startups Françaises commencent à intégrer ces technologies avec plus ou moins de réussite.

La génération suivante – celle qui devrait réellement libérer le potentiel de ce marché de la personnalisation du mobilier – intégrera implicitement les données contextuelles. Ces données seront générées par des des applications mobiles capables de matérialiser les espaces et traitées par des intelligences artificielles capables de faire émerger des formes implicitement personnalisées.

L’objectif d’OpenWood est de permettre la diffusion du travail de ces designers et de faire l’interface des modèles paramétriques qu’ils conçoivent avec un appareil de production décentralisé, responsable et utilisant des ressources locales en circuit court. C’est pour nous un futur possible de l’artisanat aligné avec sa mission originelle de production de proximité, humaine et de qualité. Nous sommes ainsi que la fabrication de meubles à la commande est un modèle d’avenir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *